Group-Irsea

La méthode Push-Pull

Afin de lutter contre les insectes ravageurs des cultures agricoles, diverses méthodes peuvent être mises en place.

Traditionnellement, l’emploi de pesticides a été largement utilisé au cours du siècle dernier. Si ces derniers ont pu s’avérer efficaces, un certain nombre de point négatifs sont apparus comme l’émergence de populations résistantes aux pesticides diminuant ainsi leur efficacité, l’impact négatif sur des espèces non-cibles favorisant une chute de la biodiversité ou bien parfois encore des effets néfastes sur la santé humaine. Toutes ces raisons ont contraint les autorités à légiférer sur l’utilisation de nombreux insecticides et les agriculteurs à se tourner vers des méthodes alternatives plus respectueuses de l’environnement.

Des alternatives aux pesticides..

Parmi ces méthodes, on retrouve l’utilisation de médiateurs chimiques, aussi appelés sémiochimiques. Les sémiochimiques sont les composés chimiques que les animaux utilisent pour acquérir des informations sur leur environnement et ainsi ajuster leur comportement. Parmi ces composés, on retrouve les phéromones, substances produites par les ravageurs eux-mêmes. Les phéromones sont souvent impliquées dans les comportements reproducteurs et pouvant ainsi induire l’agrégation d’individus de la même espèce pour s’accoupler ou pondre leurs œufs sur une même ressource. D’autres sémiochimiques peuvent être issus de l’environnement et renseigner le ravageur sur la présence éventuelle d’une source de nourriture, ou bien d’un danger comme un prédateur ou un pathogène.

L’utilisation de ces médiateurs chimiques nous permet de manipuler le comportement des ravageurs. Par exemple l’utilisation de phéromones sexuelles ou de composés chimiques émis par une ressource alimentaire, tous deux attractifs pour le ravageur, permet de l’attirer à l’écart de la culture à protéger dans des pièges dans lesquels l’insecte est neutralisé. D’un autre côté, l’utilisation de sémiochimiques produits par un prédateur ou un pathogène directement sur la culture permet de repousser le ravageur, ou du moins de réduire significativement l’attractivité de la culture.

La méthode Push-Pull

Une stratégie consiste à utiliser simultanément les deux approches. Cette méthode appelée Push-Pull (de l’anglais Push = repousser et Pull = attirer) permet d’augmenter l’efficacité du piège attractif en réduisant proportionnellement l’attractivité de la culture. Le piège devenant ainsi plus attractif que la culture elle-même, les ravageurs s’en détournent et les dégâts causés s’en trouvent considérablement réduits. C’est par exemple l’approche que nous avons décidé de mettre en place contre le moucheron asiatique, Drosophila suzukii, un ravageur de nombreux fruits et baies, en combinant un piège à base de fruits particulièrement attractifs et un répulsif signalant la présence soit d’un prédateur, soit de plantes peu propices à son développement.

(+33)04 90 75 57 00
contact@irsea-institute.com
Lundi - Vendredi 08h|17h
Fermé le Samedi
Fermé le Dimanche
Quartier Salignan
84 400 APT